Historiques, Roman

La part de l’autre

« Un jury de peintres, graveurs, dessinateurs et architectes avait tranché sans hésiter le cas du jeune homme. Trait malhabile. Composition confuse. Ignorance des techniques . Imagination conventionnelle. Cela ne leur avait pris qu’une minute et ils s’étaient prononcés sans scrupules : cet Adolf Hitler n’avait aucun avenir. »

Eric-Emmanuel Schmitt, La part de l’autre, Le Livre de Poche, p. 11, 2005 (Ed. 09).

Motivations initiales

On me l’a conseillé, l’idée était attirante : tout était réuni pour que j’achète ce livre.

Synopsis

Vienne, 8 octobre 1908. Le jury d’admission de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne vient de rendre son verdict, Adolf Hitler est recalé. Pour la deuxième année consécutive. Ce qui lui ferme définitivement les portes de l’institution. Et l’on sait où cela a mené Adolf Hitler, l’Allemagne, l’Europe et le monde.

Mais que se serait-il passé si le verdict avait été différent ? Question vaine, pourrait-on penser, car on ne récrit pas l’Histoire.

Pourtant, Eric-Emmanuel Schmitt s’y essaye, écrivant en parallèle l’histoire de A. Hitler, qui a été refusé et va devenir le dictateur que l’on sait, et celle de Adolf H., admis à l’Académie, et qui va devenir artiste, fréquenter Freud, s’installer à Paris, épouser une juive…

Avis

> L’avis de C

Un livre dont j’ignorais totalement l’existence et que T m’a fortement conseillé. Et non seulement j’ai adoré, mais je pense surtout que tout le monde devrait lire ce livre.

Pourquoi ? Parce que, même si on peut toujours considérer que l’histoire de Adolf H. est un peu facile, voire exagérée, il n’empêche que ce livre oblige à réfléchir, et à réaliser que, sans doute, chacun de nous peut se trouver à deux doigts de basculer. C’est vrai, c’est rassurant de se dire que les monstres sont incompréhensibles, parce qu’ils ne sont pas comme nous. Mais si on accepte l’idée qu’ils sont comme nous, alors comment fait-on pour supporter l’idée que nous sommes pareils ?

Alors, tous à vos livres…

> L’avis de T

Ce livre, je l’ai lu il y a longtemps, mais il laisse des traces. Pendant qu’on le lit, déjà, on est en permanence entre deux chaises. Peut-on, ou ne peut-on pas, éprouver une certaine empathie pour A. Hitler, dans ces débuts douloureux ? Peut-on ressentir de l’agacement à découvrir certains comportements prétentieux de cet Adolf H. qui ne fait pourtant de mal à personne ?

La construction même du livre est discutable. Pour pratiquement n’importe quel autre sujet, j’aurais sans doute trouvé que cette construction, faite de la superposition des deux histoires, est un peu lourde et tourne parfois à l’exercice de style.

Mais tout cela n’a aucune importance. Car ce livre est pour moi important. Et peut être encore plus en ce moment. Non pas pour faire de parallèles faciles et oiseux. Non, juste pour se remettre en mémoire ce qu’Eric-Emmanuel Schmitt indique dans son Journal de « La part de l’autre » : celui que l’on nous présente souvent comme un « monstre » était d’abord et avant tout un homme. Un homme, comme vous et moi. Et il est trop facile, en traitant Hitler de monstre, de sous-entendre qu’il ne fait pas partie du même groupe humain que nous. Hitler était un homme, avec sa part d’ombre, comme nous tous. Qu’il ait quitté la route, qu’il ait sombré dans ce que l’on sait, ce n’était pas une fatalité.

Attention, il ne s’agit évidemment pas de l’absoudre, bien au contraire. Il a fait ses choix, et il en est comptable, naturellement. Mais chacun de nous a sa propre part d’ombre. Et tous nous pouvons, plus ou moins gravement, basculer. Le risque de basculer est inscrit dans la nature humaine. Et c’est la raison pour laquelle il faut, toujours, à chaque moment, sans faiblir, rester vigilant.

FullSizeRender 2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s