Drame, Roman

Vers la beauté

« Plusieurs fois, il lui avait dit qu’il n’aurait pas pu faire le trajet sans elle. Cela la rendait heureuse ; elle voulait être utile à cet homme. Elle voulait le suivre dans l’ombre, et elle voulait le suivre dans la lumière. »

David Foenkinos, Vers la beauté, Gallimard, 2018, p. 62.

Motivations initiales

Je n’avais encore jamais lu de livre de David Foenkinos – il s’agit quand même de son quinzième roman comme quoi, je ne suis pas un mouton de Panurge ! – mais son dernier roman a suscité un tel engouement sur bookstagram et la blogosphère, que j’ai craqué !

Synopsis

Antoine Duris mène une existence paisible : un travail stable et stimulant d’enseignant à l’école des beaux-arts, depuis sept ans il partage sa vie avec Louise. Mais tout vole en éclat lorsque Louise le quitte en tentant de le convaincre que leur histoire n’est plus comme avant et qu’ils ne sont plus heureux ensemble…

Antoine quitte subitement son poste d’enseignant, son appartement et dit à ses amis qu’il prend le large pendant quelque temps pour écrire un livre. Mais en vérité, Antoine fuit à Paris et occupe un poste de gardien de musée.

Ce changement si radical, ce mutisme dans lequel Antoine s’enferme sont-ils uniquement liés à sa rupture avec Louise ou bien se sent-il coupable d’autre chose ?

Avis

> L’avis de C

Vers la beauté est un roman construit en quatre parties. Ces quatre parties participent à la création d’une ambiance particulière, on oscille en permanence entre une proximité quasi-charnelle avec les protagonistes de l’histoire – notamment quand l’auteur nous décrit le viol terrible que subit Camille – ou bien une certaine « distance » et froideur – comme par exemple lorsque l’on voudrait parvenir à déchiffrer le fonctionnement d’Antoine et tenter de le comprendre -.

C’est écrit sans aucune fioriture mais c’est d’une justesse incroyable. La plume de Foenkinos est chirurgicale et même extrêmement violente lorsqu’il nous décrit le viol de Camille ou la nuit que passe Antoine avec une femme après sa rupture avec Louise. On a l’impression que l’auteur tente de nous faire comprendre l’importance du corps, de notre corps et de nos mouvements dans les relations que nous entretenons avec les gens qui nous entourent.

Ce livre raconte la vie de personnes écorchées, le destin brisé d’une jeune fille qui s’est laissée enfermer dans le silence suite à une odieuse manipulation. Mais ce livre insuffle également à son lecteur un espoir, l’espoir que dans toutes les situations, il y a toujours une main tendue – je pense par exemple à l’attitude de la sœur d’Antoine, qui ne comprend pas pourquoi il a disparu sans lui donner aucune nouvelle, mais qui, en un regard, comprend que son frère est envahi par un profond mal être et qui se tait alors et attend qu’il soit prêt à parler…

Bref, ce livre nous ouvre la voie vers la beauté et l’art avec un grand A. Je ne peux que vous le conseiller…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s