Aventures, Médiéval fantasy

Le royaume de Pierre d’Angle – T. 3 Les adieux

Chronique de Le royaume de Pierre d’Angle – T. 3 Les adieux, de Pascale Quiviger.

« La route était belle et les dorures de l’automne donnaient à Ema l’impression d’avancer dans une enluminure. Le terrain accidenté, les cimes agitées, l’empreinte des sabots dans le sol argileux : tout l’invitait à revenir habiter le monde. L’air vif qui lui mordait le visage allégeait sa peine pourtant si profonde. »

Pascale Quiviger, Le royaume de Pierre d’Angle – T. 3 Les adieux, Éditions du Rouergue, 2020, p. 61.

Motivations initiales

Quand vous avez dévoré les tomes 1 et 2, aucune bonne raison de s’arrêter en chemin. Merci donc aux Éditions du Rouergue, qui nous ont fait parvenir ce livre…

Synopsis

< Attention, spoiler si vous n’avez pas lu les tomes précédents >

Comme à chaque nouveau règne, les éléments se déchaînent, et, désormais, le Passeur attend que Thibault vienne lui livrer la première fille de mai. Mais, pour la première fois, le roi est également le père, et Ema et Thibault doivent désormais affronter ce qui les attend : c’est Miriam qu’ils doivent offrir à la forêt…

Mais cela ne marque pas pour autant la fin des épreuves car, si les catastrophes naturelles – sécheresse, inondations, épidémie… – cessent d’affliger le royaume, leurs ennemis, eux, ne baissent pas la garde. Au contraire, profitant de leur douleur, les intrigues reprennent de plus belle…

La menace se rapproche, la menace est partout. Sauront-ils, avec leurs amis les plus proches, éviter le pire et dénouer les fils de la conspiration ?

Avis

Ce troisième tome est peut-être le plus intense de la série, jusqu’ici. Lorsque vous le commencez, difficile de le reposer, tant que vous n’avez pas lu ses 500 pages. Mené sur un tempo trépidant, on est tenu en haleine par l’intrigue. On ne sait jamais d’où va venir le danger, ni qui il va frapper, et encore moins sous quelle forme. L’unique certitude, à chaque page, c’est celle que l’on n’est pas encore au bout, que le pire n’est pas encore survenu.

C’est à un véritable tour de force que se livre ici Pascale Quiviger. Elle a su, dans le premier tome, nous faire découvrir et adopter toute une galerie de personnages. Puis, dans le deuxième tome, elle a mis en scène sous nos yeux le paysage politique du royaume, et installer l’histoire de Thibault et d’Ema dans la grande histoire de Pierre d’Angle. Désormais, on n’a d’autre choix que de regarder nos personnages favoris se débattre, comme sous la loupe d’un entomologiste, en espérant les voir se sortir des pièges qui leur sont tendus.

Tout cela fonctionne parfaitement, l’intrigue est solide, c’est, vraiment, de la belle ouvrage !

Et, tout comme Thibault, Ema et leurs proches, on sent venir les coups sans savoir d’où ils vont arriver, toujours en retard d’une machination. Du grand art !

Bref, cela confirme la très haute tenue de cette saga, dont il ne reste plus, désormais, qu’à attendre le quatrième tome… d’autant que – mais rien ne sera révélé ici – ces Adieux se terminent en nous laissant avec un suspense absolument torride…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s